Révolution numérique

Web_Demain_enjeux_revolution-numerique-CC0-Creative-Commons
Selon les domaines, les maîtres d’ouvrage, les usagers, la révolution numérique ne souffle pas le même vent partout, entre secteurs ou régions très en pointe ou très éloignées. A l’échelle de l’ingénierie, la déferlante numérique se traduit par l’utilisation grandissante de la maquette BIM 3D et la démultiplication de logiciels de simulation de plus en plus performants. Ces tendances génèrent aussi des besoins en sécurité numérique, sur les équipements et la protection des données. Les pratiques collaboratives requièrent quant à elles de très hauts débits pour mener les projets en mode collaboratif.

Thierry Mauban, co-gérant de Verdicité, BE spécialisé dans les déchets, modère : « Dans le secteur de la collecte des déchets, l’arrivée du numérique reste timide. Par exemple, la pesée embarquée qui devrait conduire les usagers à payer la taxe des ordures ménagères proportionnellement au poids de ce qu’ils jettent, ou la géolocalisation des passages des bennes se sont peu développées. Mais tout peut s’accélérer. Nous restons à l’affût des innovations, des enjeux de diversification et nous menons avec les crédits impôts recherches, de la R&D sur le gaspillage alimentaire. »