Bio-phyto-remédiation

Web_categorie-tour-d'horizon_biophytoremediation_Greenation-traitement-des-hydrocarbures-eaux-de-surfaces
Dépolluer les sols

Il faut 12 à 120 ans pour dépolluer un sol par les plantes… La technique de bio-phyto-remédiation améliore ces performances. Elle permet de stabiliser dégrader et/ou d’extraire des polluants grâce au triptyque complexe sol-racine-plantes. Plus de 500 plantes sont recensées pour leur pouvoir accumulateur : elles attirent, solubilisent, absorbent le polluant par la racine, par exemple du Nickel ou du Plomb, elles le transportent et stockent dans les parties aériennes. Ce rythme long du cycle végétal freine les aménageurs, industriels, etc. qui ont besoin d’aller vite.
Greenation a développé, chiffres tests à l’appui, des solutions qui accélèrent le rythme de bio-phyto-remédiation pour traiter les polluants, décontaminer les sols et les eaux de surface. Cette action permet de traiter et réutiliser ensuite la terre sur site, qu’il s’agisse de sols agricoles pollués, d’agriculture urbaine, de stations essence, de friches industrielles… Durant le traitement, le terrain peut être exploité par des activités agronomiques et environnementales. Une fois traités, ces sols peuvent même recommencer à produire des fruits et légumes comestibles.
L’autre aspect de l’innovation est la valorisation énergétique de la biomasse en fonction de la matière végétale utilisée dans le traitement : incinération, méthanisation… Oon peut aussi récupérer leurs sels dans les cendres, tel le nickel ou le zinc, pour les réinjecter dans l’industrie en tant que biocatalyseur. Des recherches tendent à extraire d’autres métaux nobles (Aluminium, Or…) ou terres rares (tantale, germanium, lithium…). Si la biomasse produit du biogaz, le digestat de ces déchets sera à son tour un excellent terreau paysager. Nous sommes en pleine économie circulaire…